The Gluttons

Monday, September 05, 2005

London Calling

Mardi soir. Reprise.
Nouvelle atmosphère, cave voutée, bonne sono ... et c'est peu dire: Anne-So revit et tombe (accessoirement) amoureuse de son micro.
Deux heures pour relancer la machine, pour se fondre dans le moule à 4, jouer en conséquence.
Mais ...
On a passé 2 mois à observer, à recueillir des infos, à observer des groupes live. Autant de barrières ... finalement, il faut apprendre à être nous, on s'épuiserait à essayer d'adopter une autre logique.

Qu'est ce qui fait à un moment qu'un groupe sorte un album de malade ?
Les Clash, groupe zonard s'il en faut, a sorti un brulôt éponyme, que le monde entier pense être un joyau destiné à voyager entre le garage et le compartiment bière du frigo flingué. A priori pas plus loin ... surtout dans le paysage de l'époque où les albums bruts de décoffrage sont légion, les p'tits groupes anglais qui crachent leur quotidien sur 3 accords, aussi.
Seulement, à un moment précis, ces 4 gars ont tiré dans le même sens (lire "ont arrêté de se foutre sur la gueule et ont discuté en vrai") et, simultanément, étaient pleinement conscients de leurs moyens: ce qu'ils pouvaient faire, comment jouer ce qu'ils voulaient dire et surtout ce qu'ils ne pouvaient pas faire. Décomplexés, sereins, ensemble.
Ca a duré 2 mois, mais ils ont enregistré "London Calling" qui, excusez moi les puristes, est putain d'autre chose que "the Clash" (même si il est évident que je pourrais me contredire d'ici peu, en gardant le même aplomb ... ) !

Voilà pour mardi ... on ne voit que ce qu'on ne sait pas faire encore. La prochaine étape, c'est nous découvrir. Jouer "juste", quelque chose qui nous ressemble. Il faut du temps, faire tourner le moteur, se décomplexer, trouver notre propre logique, tirer dans le même sens.

0 Comments:

Post a Comment

<< Home